Tremblant, titubant d’avoir bu trop de mezcal

Quand nous sommes arrivés à l’hôtel, je me suis couché et j’ai lu le poème avant de m’endormir, sans manger et me répétant ad libitum, comme les paroles douces d’une mère qui embrasse son enfant et borde son lit, la scansion des quatre vers qui clôturait le texte :
Trois chevaliers pleurant la perte d’un des leurs
Sacrilège ! m’emporteront comme des voleurs
Poursuivant leur quête d’un impossible Graal
Tremblant, titubant d’avoir bu trop de mezcal

LÉB – Mais elle n’est plus vraiment sûre