son cœur ne résisterait pas

Chaque soir, à la tombée de la nuit, Marie sortait sur la terrasse. Elle posait son livre et ses lunettes sur la table basse, se servait un verre de vin rouge et s’asseyait sur le banc face à la mer. Elle regardait alors les vagues s’échouer sur les châteaux de sable et les nuages jouer à cache-cache avec la lune. Le vent frais qui traversait le fin tissu de sa robe la faisait frissonner. Mais elle ne voulait pas rentrer, elle préférait affronter le froid et le calme apaisant de la plage vidée de ses vacanciers. Parce qu’elle savait qu’en rentrant, à la vue de la tétine et des crayons de couleur abandonnés, son cœur ne résisterait pas.