quand elles sont nées.

l’odeur d’oignon sur les mains de ma mère quand elle venait me réveiller le samedi matin.

la dernière fois que mon père m’a dit qu’il m’aimait (ou même s’il me l’a dit un jour).

les tartines que mon mon grand-père coupait au couteau dans un pain que je n’ai goûté nul par ailleurs : elles étaient énormes.

mon professeur de français de 1ère secondaire.

le bruit de la micheline qui passait au fond du jardin de mes parents.

le temps qu’il faisait quand elles sont nées sont nées.