pour nous dire

Parce que, parmi les 80 et quelques milliards d’hommes et de femmes, il n’y avait qu’elle face à nous, les bras écartés, enveloppée dans sa robe de nuit qui ne présentait plus aucun pli et n’en émergeaient que ses cheveux de jais, ses yeux sombres aux pupilles dilatées à l’extrême et un visage pâle comme les murs, comme sa robe de nuit et comme la lumière qui semblait la traverser, qui semblait fondre en elle, devenue translucide et à peine humaine, n’était son adorable sourire qui est resté jusqu’au bout, jusqu’à ce que sa voix s’élève, non plus la voix robotique et sensuelle à laquelle nous nous étions habitués, mais une voix plus forte et plus douce à la fois, la voix d’une mère, d’une bonne mère, pour nous dire :

LÉB, Faust Song