Il a tout oublié, même le jour de sa mort.

Je lui demandais de se débarrasser de ses ordures, que son appartement devenait invivable. Il me promettait qu’il allait s’en occuper, mais il reportait sa tâche au lendemain, qui était le même jour que la veille, un même jour qui recommençait et recommençait sans cesse depuis vingt ans. Je lui demandais aussi avant de partir s’il allait réécrire. Il me disait qu’il avait eu une idée terrible aujourd’hui mais qu’il attendait d’avoir dormi dessus pour s’y attaquer dès le réveil. Et le lendemain, il oubliait et c’est comme ça qu’il arrêté d’écrire. Il a tout oublié, même le jour de sa mort.

LÉB – Mais elle n’est plus vraiment sûre